Atelier de reflexion sur la transparence et la tarification dans les institutions de microfinance

Un des premiers objectifs du  Réseau des Institutions de microfinance du Burundi, RIM, est d’organiser  des cadres  d’échange entre les acteurs du secteur de la microfinance, d’ abord, afin de contribuer  à rendre plus professionnel l’offre des produits et  services financiers  à leurs clients, ensuite pour  trouver des solutions aux questions  qui préoccupent le secteur de la microfinance au Burundi.

 L’atelier du 27 janvier 2020, sur la transparence et la tarification dans les institutions de microfinance, en collaboration avec la Fondation Allemande des Caisses d’Epargne pour la Coopération Internationale (SBFIC) a été organisé dans cette logique.

Certes, les deux partenaires sont conscients que la protection des clients est une condition essentielle de la croissance saine de la microfinance face à une clientèle généralement vulnérable, peu alphabétisée, fortement soumise aux pressions externes et incapable de toujours faire les meilleurs choix financiers.

Plus de 40 représentants des IMFs, principalement constitués par  les Directeurs et Directeurs Généraux, ont fait le tour d’horizon sur les principes de protection des clients et sur les modalités  de refinancement spécial des secteurs porteurs de croissance en application aux  Règlement n° 002/2019 régissant ses interventions sur le marché monétaire ainsi que le Règlement N°003/2019 portant constitution et gestion des garanties en couverture des prêts aux établissements de crédit .

De façon particulière, les échanges se sont focalisés sur les points en rapport avec le taux de refinancement. En vertu des règlements susmentionnés, la Banque Centrale a fixé le taux de refinancement des établissements de crédit à 2% s’ils financement directement les projets, et de 1% s’ils refinancent les Institutions de Microfinance (IMF). Pour ce dernier cas, les établissements de crédit appliquent une marge d’intermédiation maximale de 2% ;

Au dernier bénéficiaire, la marge d’intermédiation maximale à appliquer du crédit est de 5% pour les IMF, et de 6% pour les établissements de crédit qui financent directement les projets. Les établissements de crédit et les IMF sont appelés à appliquer les frais et commissions qui n’alourdissent pas le coût effectif du crédit.

Tags: 

LOCALISATION DU SIEGE SOCIAL DU RIM

PUBLICITÉS

Education - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.